Les bons réflexes

JARDINIER AMATEUR

La loi 2014-110 du 6 février 2014 appelée loi Labbé prévoit une interdiction d’usage et une restriction de vente de tous les produits phytosanitaires de synthèse dans les Jardins et Espaces Végétalisés et les Infrastructures. Les seuls produits dorénavant utilisables par les jardiniers amateurs sont : Les produits de biocontrôle, les produits utilisés en agriculture biologique et portant la mention Emploi Autorisé au Jardin et Les produits à faible risque. • 1 er janvier 2019 La vente, l’usage et la détention des produits phytosanitaires de synthèse sont interdits pour les particuliers.

PROTÉGEONS LES OISEAUX

Ne taillez pas vos haies bocagères et vos bosquets au printemps ou en été !
Une des principales causes est la disparition de leur habitat.
Notre commune dispose encore de nombreuses haies et d’un bocage favorable à la nidification. De nombreuses propriétés sont clôturées par des haies bocagères dans lesquelles nidifient de nombreuses espèces.
L’entretien de ces haies ne peut se faire que d’octobre à février, en dehors des périodes de reproduction, afin de préserver la biodiversité conformément aux prescriptions du guide entretien et valorisation du bocage.
Extrait du guide haies et bocage chambre agriculture de Bretagne 2006. (Voir photo ci-jointe)

NE TRAITEZ PAS À PROXIMITÉ DE L’EAU

 Afin de préserver la qualité des eaux, il est interdit d’utiliser tous produits phytopharmaceutiques (désherbants, fongicides, anti-limaces, …) :
1. A moins de 5 mètres minimum des cours d’eau, plans d’eau .
2. Dans et à moins de 1 mètre de la berge des fossés (même à sec), collecteurs d’eaux pluviales, points d’eaux, puits, forages ne figurant pas sur les cartes IGN 1/25 000
3. Sur avaloirs, caniveaux et bouches d’égout. Ces points d’eau sont constitués :
 D’une part par les cours d’eau tels que définis par l’article L.215-7-1 du code de l’environnement. L’information cartographique concernant ces cours d’eau est mise à disposition du public sur le site internet des services de l’Etat www.cotes-darmor.gouv.fr
 Et d’autre part par les autres éléments du réseau hydrographique (hors cours d’eau) figurant sur les cartes 1/25 000 de l’Institut Géographique National. Tous les utilisateurs de pesticides sont concernés : particuliers, collectivités, agriculteurs et entrepreneurs.
En cas d’infraction, les peines encourues peuvent aller jusqu’à 150 000 € d’amende et 6 mois d’emprisonnement.

PLANTES INVASIVES

Une plante invasive, mais qu'est ce que c'est ? 
C'est une plante importée, se démultipliant en abondance après s'être accoutumée à son environnement.
Leur prolifération posent un certain nombre de problèmes : perte de biodiversité locale, économique et parfois de santé humaine (allergie, brûlure et coupure).
Bien souvent elles se répandent dans et depuis nos jardins. Mais nous pouvons encore en trouver dans les pépinières.
C'est pourquoi, nous avons décidé de donner naissance à cette nouvelle jardifiche : pour informer les consommateurs mais aussi les vendeurs des magasins sur cette problématique et ainsi limiter leur propagation depuis nos jardins.
Elle a été développée dans le cadre de la charte "Jardiner au naturel, ça coule de source !" à l'occasion d'un groupe de travail constitué d'experts, de gestionnaires d'espace naturel, de collectivités, d'associations après une sollicitation des Conseils généraux.
 
Pour en savoir plus :
http://www.jardineraunaturel.org

La berce du Caucase est une plante invasive
La berce du Caucase est une herbacée annuelle de très grande taille. Elle a été introduite en France en tant que plante ornementale. Elle se développe en bord de route, dans des terrains vagues, des friches… Elle mesure actuellement 1 m de hauteur et poursuit sa croissance afin de produire son immense hampe florale à la fin du printemps. C’est la bonne période pour l’identifier et signaler sa présence à olivier.audras@fredonbretagne.com (faire une photo + un plan). Fredon Bretagne : fédération de lutte contre les espèces nuisibles 02.96.01.37.00

BILAN ACTUALISÉ SUR LA QUALITÉ DES GISEMENTS DE PÊCHE À PIED DU LITTORAL DES CÔTES D'ARMOR ET D'ILLE-ET-VILAINE

CONSULTABLE SUR LE SITE INTERNET COMMUN ARS/IFREMER À L'ADRESSE SUIVANTE : 

http://www.pecheapied-responsable.fr
Ce bilan "Suivi bactériologique des gisements naturels de coquillages des Côtes d'Armor et de l'Ille-et-Vilaine fréquentés en pêche à pied", porte soit sur les sites les plus fréquentés, soit sur des sites pour lesquels des risques sanitaires liés à la consommation de coquillages de ces gisements ont été détectés.
Il fait apparaître pour les Côtes d'Armor une confirmation de l'amélioration de la qualité de certains gisements.
La pêche à pied peut se pratiquer sur une grande partie du littoral dans des conditions sanitaires satisfaisantes.

Fréhel zero phyto

Retirons les pièges à frelons asiatiques

Comme vous avez pu le remarquer depuis quelques jours, des insectes autres que le frelon asiatique (guêpes, papillons, bourdons, mouches....) sont capturés en nombre significatif dans les pièges. D'après les échantillons des captures, la grande majorité des frelons asiatiques piégés ces derniers jours sont des ouvrières et non pas des reines fondatrices. Ces dernières sont désormais à l'abri dans un nid primaire, occupées à 100% à fonder une colonie. Les premiers nids primaires nous ont été signalés le 08 avril sur les communes de la Vicomté sur Rance, Taden et Saint Cast le Guildo. Il est désormais important de retirer dans les meilleurs délais, les pièges à frelons asiatiques sachant qu'une hausse des températures est annoncée. L'objectif commun de notre action Sentinelle Frelon Asiatique est d'avoir un impact sur le nombre de colonies de frelons asiatique actives, tout en préservant au maximum la faune endémique déjà fragilisée. A. Lecomte Dinan Agglomération
​​​​​​​
Chaque été, le frelon asiatique fait beaucoup parler de lui, au point d'éclipser son homologue européen. Mise au point sur leurs différences.