03/11/2020

influenza aviaire.JPG

Nous vous avons récemment interpellé sur le risque d’introduction de la peste porcine par courrier daté du 20 octobre 2020. L’actualité sanitaire nous amène à vous interpeller à nouveau sur une autre maladie animale : l’influenza aviaire. Cette maladie virale qui affecte les oiseaux est très contagieuse et occasionne des pertes importantes lorsqu’elle est introduite dans des élevages, vous vous remémorez certainement la crise d’ampleur sans précédent qui a frappé le Sud-Ouest de la France et la filière canard gras en 2016-2017. C’est la raison pour laquelle elle fait l’objet d’une réglementation et d’un suivi particulier.

La détection de la présence du virus de l’influenza aviaire (type H5N8) sur deux cygnes au Pays Bas (21/10/2020) a conduit le ministre de l’agriculture à renforcer les mesures de prévention pour éviter l’introduction du virus en France : le niveau de risque d’introduction du virus influenza aviaire par l’avifaune est augmenté de « négligeable » à « modéré » en France métropolitaine selon le dispositif prévu par l’arrêté ministériel du 16/03/2016 relatif aux niveaux de risque épizootique (…).Le passage à ce niveau de risque comporte deux objectifs : augmenter la vigilance sur les populations d’oiseaux quelles soient domestiques ou sauvage et prendre des mesures de protection des oiseaux domestiques afin d’éviter leur exposition.
Fréhel, constitue, au sens de l’arrêté du 16 novembre 2016, une zone à risque particulier pour l’influenza aviaire. Ces zones, en raison de leurs caractéristiques écologiques, notamment la présence de zones humides, peuvent être des zones de transit d’oiseaux migrateurs susceptibles d’héberger le virus, dans les Côtes d’Armor, les principales zones écologiques sont les suivantes : estuaires du Trieux et du Jaudy, Anse de Paimpol, baies d’Yffiniac, de Lancieux, de l’Arguenon et de la Fresnaye. La carte des zones à risques particuliers
du département vous est jointe au présent courrier.

Aussi, à compter du 26 octobre 2020, les mesures de prévention suivantes sont rendues obligatoires dans les communes situées dans des zones dites à risque particulier:

-
claustration ou protection des volailles par un filet : les oiseaux de basse-cours sont conservés en enclos fermés et en cas d’accès extérieur une protection par un filet ou un grillage est nécessaire pour éviter le contact avec les oiseaux de l’avifaune sauvage. Les élevages professionnels sont eux aussi contraints de confiner leurs volailles.
- interdiction de rassemblement d’oiseaux (exemples : concours ou expositions). En cas de vente de
volailles vivantes sur le marché, l’accès est limité à un seul vendeur.
- en matière de pratiques de la chasse : interdiction des transports et lâchers de gibiers à plumes et
interdiction d’utilisation d’appelant.

Pour en savoir plus :
https://agriculture.gouv.fr/tout-ce-quil-faut-savoir-sur-linfluenza-aviaire​​​​​​​

En poursuivant votre navigation sur ce Site Internet, vous acceptez l'utilisation de cookies qui permettent le bon fonctionnement de ce site et de ses services.